WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Conduite du changement en entreprise: le rôle des ressources humaines

( Télécharger le fichier original )
par Vincent Bourdarias
Institut de Gestion Sociale - Master 2 Resources Humaines 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.4.2 Les forces dans le déroulement de la conduite de changement

Dans cette perspective chère au sociologue français N. Alter dans L'innovation ordinaire4(*), l'innovation émerge de la réflexion des groupes et est ensuite reprise par la direction qui l'institutionnalise... »

«  ...Mais dans le contexte d'hyper compétition qui caractérise certains secteurs, dans un environnement dont les dirigeants ne cessent de décrire l'instabilité et l'accélération du rythme des changements, il faut considérer que le retour à une situation stable est illusoire. Pour nombre d'entreprises, l'instabilité devient la règle et la stabilité l'exception! Le changement ne fait que suivre le changement. »

L'atout essentiel et ce qui fait qu'une entreprise est en mouvement est constitué par sa force principale, l'innovation, c'est-à-dire, les nouveautés en termes de management, de produits, de conditions de travail entre autres. Ce sont des atouts.

Quelles sont les forces en présence ?

a. les moteurs:

Si ceux-ci sont en situation favorable et possèdent un pouvoir: ce sont essentiellement d'abord les membres de la direction qui donnent l`impulsion. Ce sont ceux qui sont censés prendre la décision de mettre en oeuvre dans le temps une conduite du changement qui doivent en être les premiers leviers par leur motivations, leurs actes. Ils sont le fer de lance du processus de changement depuis son amorce.

L'encadrement intervient dans la mise en place des mesures tout en ayant un rôle fédérateur.

Le personnel est enfin le réceptacle qui joue le rôle de moteur des actions décidées en amont et qui les appliquent.

b. les freins:

Ce sont par essence des forces défavorables qui s'opposent au changement des ressources et des systèmes, ce peuvent être les actions syndicales qui remettent en cause le bien fondé de la conduite de changement et ses effets sur les conditions de travail ou la pérennité de l`activité de l`entreprise, et toute forme d'IRP comme par exemple le Comité d'Entreprise qui existe dans les structures à partir de 50 salariés et possède un droit de consultation sur les affaires de l'entreprise qui peut influer sur la nouvelle organisation et l'accompagnement au changement qui s'y rattache.

c. les soutiens:

Ceux-ci sont en général enclins au changement, ce peuvent être les actionnaires par exemple. Lorsque le capital d'une entreprise est soumis à une participation financière extérieure, il s'agit d'une société financée par actions. Leur soutien vient du fait que ses détenteurs, les actionnaires, ont un intérêt dans une réorganisation de l'entreprise à qui ils ont donné des fonds soit profitable et procure une plus value plus importante.

Leur présence et leur vote lors de l'assemblée générale confirme les orientations proposées par la Direction, ils exercent en quelque sorte une force de pression, de laquelle découle bien souvent l'amorce d'un changement stratégique.

d. les ralentisseurs:

Ce sont des forces qui freinent le changement mais ne disposent pas d'une incidence capitale. Ces forces sont susceptibles de retarder le processus de changement sans le mettre en péril. Cela peut être une collectivité ou une association, un syndicat professionnel ou une fédération de métiers. Globalement, il s'agit d'un groupe de personnes qui intervient sur les règles propres à un secteur d'activité et qui va à la demande de salariés ou de représentants syndicaux demander des explications sur telle ou telle mesure, sur le bien fondé d'un changement de cap stratégique etc...

L'avis est de nature inquisitoire mais n'a pas de réel pouvoir d'action sur le cours des choses.

La dernière partie concerne le type de changement possible et les conditions dans lesquelles il peut se dérouler.

* 4L'innovation ordinaire, N. Alter Presses Universitaires de France 2000, p 32 et suivantes

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net